Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Ethologue - Ethologie - Loup
ETHOLOGIE DU CHEVAL: LA NAISSANCE DU POULAIN 02/10/2012 [Lu 979 fois]
ETHOLOGIE DU CHEVAL

Il est né le divin poulain

Tout d’abord, il faut savoir que la jument n’aura un œstrus que pendant une certaine période de l’année, en général de mars à juillet. La gestation dure de 327 à 357 jours, elle peut même être prolongée de 5 à 10 jours si la saillie a été faite tôt dans l’année, ou être plus courte pour que le poulinage ait lieu avant septembre.

Dans la nature, en milieu hostile les naissances tardives sont vouées à l’échec, aussi les chaleurs de la jument qui durent de 5 à 10 jours, sont-elles prévues au printemps afin que la naissance survienne au même moment, près de 11 mois plus tard (80% des juments ont des chaleurs d’avril à octobre).

Dans les jours qui suivent la naissance (5 à 10 jours), on assiste à de nouvelles chaleurs, dites de poulinage, et la jument peut être fécondée afin de respecter les dates idéales pour la prochaine naissance.


La naissance

On observe chez la jument, environ 4 semaines avant le poulinage, une augmentation de volume des mamelles. La naissance est annoncée par la nervosité dont elle fait preuve, elle tourne, se couche et se relève souvent, explore les recoins de son pâturage ou de son box, fait mine de gratter le sol des antérieurs comme si elle cherchait quelque chose, elle va uriner en divers endroits du pré par petites quantités, sa température cutanée augmente et elle transpire beaucoup.

Elle tourne la tête vers ses flancs qu’elle fouaille de la queue, ce qui signifie qu’elle ressent une douleur due aux contractions de l’utérus. C’est le moment pour elle de s’éloigner du troupeau, dans un endroit tranquille, où elle sera à l’abri d’éventuels prédateurs pendant qu’elle pouline, c’est-à-dire lorsqu’elle n’est pas en état de fuir ou de se défendre.

Après la perte des eaux, elle va se coucher sur le ventre car elle a de violentes contractions. On va voir apparaître le sac amniotique très mince et normalement les membres antérieurs, puis c’est la tête du poulain qui passe après dilatation de la vulve. Dans la nature le cordon ombilical sera coupé au moment où la mère se relève ou lors des mouvements du jeune.

La mère se contente de flairer les annexes fœtales sans y toucher, contrairement à la chienne par exemple, qui doit manger le placenta. Cette reconnaissance olfactive est accentuée par le Flehmen, en retournant la lèvre supérieure, les dents visibles avec les mâchoires serrées, les oreilles en avant, les yeux dilatés, c’est quelque chose d’extrêmement important pour établir des liens fondamentaux pour la mère d’abord, ensuite pour le petit.

Il faut penser également que dans la nature, l’étalon reste à proximité et protège la femelle de toute approche, y compris des autres juments, par exemple celle qui a perdu son poulain risque de vouloir se l’approprier, surtout si elle possède un statut de dominante. On peut dire que cette reconnaissance du poulain par la mère est établie de manière stricte entre 30 et 60 minutes, si on la prive du contact pendant cette période elle risque de le rejeter.

Ce phénomène st appelé Imprégnation (Imprinting, Prägung), il a été mis en évidence par l’éthologue Konrad Lorenz. Nous savons qu’il est limité dans le temps (variable selon les espèces) et qu’il va influencer de manière définitive les relations bilatérales du poulain envers sa mère, de la mère vis-à-vis de son poulain. Les canaux de communication qui sont utilisés sont nous l’avons vu, d’abord l’olfaction, puis le contact (65% des poulains sont debout après 1 heure, avec l’aide de leur mère qui les lèche sur tout le corps). Ensuite la vue, avec un échange de signaux. Enfin l’audition, par l’émission de grognements et de cris plaintifs.

Cette restriction temporelle du mécanisme est une sécurité pour l’appartenance instinctive et sociale au groupe spécifique avec lequel le jeune vivra, et pour reconnaître les caractéristiques de l’espèce. Cette reconnaissance est d’abord sélective pour créer des liens d’attachement à la mère.

Son instinct de survie va lui permettre d’être rapidement de bout (espèce nidifuge alors que le chien est nidicole) et de suivre la mère, ce qui fait qu’il ne s’éloigne jamais (distance inférieure à 5 mètres durant la première semaine), d’autant plus que le temps passer à téter est d’environ 12 minutes par heure (4 tétées par heure


 
Dans le but d’échapper aux prédateurs, le jeune doit connaître parfaitement le cri de ralliement de la mère et obéir immédiatement, d’ailleurs s’il n’obtempère pas elle le rappelle à l’ordre en le poussant du museau, son but étant qu’il ne s’éloigne jamais. Pour pouvoir mieux le contrôler et le protéger la mère s’éloigne doucement pendant les tétées, entraînant le poulain d’un lieu à l‘ autre (dès le premier jour, il est capable d’aller au pas, de trotter et de galoper).

Enfin, n’oublions pas que, comme pour les chiens, si nous parlons de chevaux domestiques, le phénomène d’imprégnation ne doit pas être uniquement intraspécifique, mais également interspécifique avec l’espèce humaine qui partage son existence et établir des relations quelquefois très subtiles avec eux.
 


 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.